Olivier de Kersauson 2005
 
Record de la Transpac : Los-Angeles - Honolulu (record battu en 2015)
 


07/11/05
 
 
News from San Diego (USA) : samedi 5 novembre en début de matinée (heure locale), après 12 jours de navigation depuis Papeete (4000 mn), Geronimo s'est amarré sur les pontons du Driscoll’s boatyard de Shelter Island. Les Américains ont mis les petits plats dans les grands puisque le trimaran a été escorté par le San Diego Water Police, l'US Coast Guard et le service des Douanes... Le team de Genuine Risk et l'équipe du San Diego Yacht Club avec le RIB’s assisting ont apporté leur aide pour la manoeuvre d'accostage. Les Français sont à pied d'oeuvre pour préparer la tentative de record sur la distance Los Angeles - Hawaii, prévue pour début décembre (record détenu par Brunon Peyron en 5 jours, 9 heures, 18 minutes et 26 secondes). En attendant, les élèves de l'école de voile du Yacht Club de San Diego pourront visiter Geronimo pendant une semaine.

11/11/05
 
 
Geronimo ready to go : une bonne fenêtre météo se présente, le départ du trimaran est prévu pour samedi matin à partir de 6h00. La mise en configuration de course de Geronimo (principalement avitaillement, dépose du moteur et installation d'un générateur) a été considérablement accélérée pour ne pas rater l'aubaine météorologique. Les dix Français bénéficieront pour la navigation et la tactique du renfort de deux Américains : Cam Lewis and Larry Rosenfeld. Pierre English, ami d'Olivier de Kersauson, avec lequel il a navigué sur les Pen Duick II, III et VI, sera également de la partie.
 
Geronimo

13/11/05
 
 
 
Retour à la case départ : Geronimo ayant franchi la ligne de départ samedi 12 novembre à 21:14:56 (TU), avec une vitesse moyenne de 14 noeuds, inférieure aux prévisions, le trimaran a rebroussé chemin. La moyenne du record est de 17.17 noeuds. Un tel handicap sur une performance de quelques jours aurait hypothéqué les chances de réussite. Un nouveau top départ sera donné aujourd'hui vers 16:00 (TU).

13/11/05
 
 
Nouveau départ : Geronimo a une nouvelle fois coupé la ligne de départ dimanche 13 novembre à 19:05:03 (TU) avec un vent relativement faible. Souhaitons leur de trouver de meilleures conditions au large du continent nord-américain.

14/11/05
 
 
Débuts difficiles : On en sait un peu plus sur les difficultés rencontrées. Les Américains sont flegmatiques et parlent d'un bouchon thermique récurrent qui barre la route aux vents de Nord à l'Ouest de Los Angeles. Olivier incrimine lui les météorologues. En tout état de cause ce n'est pas de bonne augure que de commencer un challenge à 5 noeuds de moyenne alors que le record est à 17 noeuds.

15/11/05
 
 
Ça fume : après la petite journée d'hier (330 mn - 13.75 noeuds) Geronimo a touché du vent fort avec rafales de 38 à 40 noeuds. Le bilan de la deuxième journée devrait être bon pour le tableau de marche. Objectif : gagner le plus vite possible vers l'Ouest, sur la route directe. Didier Ragot n'en dit pas long sur l'ambiance à bord mais c'est très parlant : "putain, ça fume ! ..."

16/11/05
 
 
Alright : Geronimo a couvert 500 mn dans son deuxième jour de course ce qui le remet dans les temps du record. " Ça roule, tout va bien ! " a déclaré Olivier de Kersauson.
Positionné par 30° 28 N et 130° 55 W, le trimaran a encore 1550 milles nautiques à parcourir en 89 heures, soit une moyenne de 17.40 noeuds.
Profondément marqué par son passage chez Bourvard, Olivier de Kersauson s'exerce à la philosophie ... :
" la pensée du jour : Le pire n'est jamais sûr, auquel vous rajoutez une pincée de, le meilleur n'est pas loin, auquel vous ajoutez l'indispensable adage en matière de pensée profonde : C'est après la foire qu'on compte les bouses. Vous l'aurez compris cette réflexion d'origine rurale se doit de modérer l'ardeur stupide du jugement téméraire."

17/11/05
 
 
 
Nouvelles du front : Geronimo est toujours dans de vives allures. Le dernier pointage le situe à 822 mn de l'arrivée, il doit maintenir une moyenne de 14.80 noeuds pour rester dans les temps du record. Le trimaran s'offre des pointes très prometteuses, à 30 noeuds. Cela fait des mois qu'Olivier de Kersauson n'avait pas goutté à la "belle glisse". C'est bon pour le moral. On croise les doigts.
A 550 mn de l'objectif la situation devient plus incertaine : "Nous ne faisons pas la route directe et nous espérons que la rotation du vent va s'accentuer pour nous permettre de faire le bon cap. Le système n'est pas alimenté de façon saine et ce système orageux pourrait nous contraindre à parcourir 800 milles, au lieu de 550, pour rejoindre Honolulu. Tout cela est bien fragile, nous ne sommes pas sur une autoroute paisible. Il y a peu de manœuvres, en réalité tout repose sur le doigté du barreur. Il faut beaucoup de talent pour négocier et anticiper les variations de vent et surtout la mer qui est doublement croisée. L'une vient de loin et du nord/ouest et l'autre, un clapot moche, qui nous vient de l'est/nord/est. Cam Lewis est un barreur d'exception, il a un vrai talent. Par rapport au reste de l'équipage, mis à part Didier Ragot, il fait marcher le bateau deux nœuds plus vite en moyenne. J'ai rencontré deux ou trois barreurs de ce niveau dans ma vie. En plus, il ne connaît même pas Geronimo. Il est marrant et un peu juvénile, ce qui ne gâche rien. ... /... Les hommes de quart s'émerveillent à voix haute. Course fluide de Geronimo dans un monde argenté ; Cam Lew is, magnifique virtuose  à la barre, relance sans cesse la course du bateau. Elégance et précision du geste, anticipation de la vague, glisse extraordinaire dans ce monde de bosses mobiles Assis avec Didier Ragot dans le cockpit on oublie la stratégie, le stress, envahis  par le bonheur de naviguer, on déconne sous la lune. Souvenirs, fou rires, tout s'emmêle. Cette nuit,  la  mer est à nous ".

18/11/05
 
 
Record en vue : A la dernière vacation, il restait 250 mn à parcourir pour franchir la ligne d'arrivée. Le trimaran avancait à la moyenne de 25 noeuds ce qui permet d'envisager l'arrivée aujourd'hui à 11h 00 (TU) et un record en moins de 5 jours.
Dernières impressions : "Rien n'est fait, jusqu'ici on a fait un joli parcours. On est partis sur un handicap très lourd au départ avec dix heures de calme total. Là on est dans les temps où il suffirait qu'on aille à 14 noeuds sur la route pour être dans le temps du record et un tout petit peu plus vite pour le battre. Rien n'est fait, ça ne veut pas dire que rien n'est faisable, mais rien n'est fait... ".
 

18/11/05
 
 
Fin d'une histoire ? : Geronimo a franchi la ligne d'arrivé du parcours de la Transpac (Los Angeles - Honolulu) à 14 heures 36 minutes et 40 secondes (TU).
Olivier de Kersauson et ses hommes ont réalisé un temps de 4 jours 19 heures 31 minutes et 37 secondes pour effectuer les 2215 milles nautiques théoriques du parcours, soit une moyenne de 19,17 noeuds. L'ancien record est amélioré de près de 14 heures.
" Quand on était arrivé avec Tabarly, Colas et Pen Duick ici (à Hawaï, il y a trente ans), ils nous regardaient sans amitié, sans respect. On avait quand même mis une cinquantaine d'heures d'avance à l'ensemble de la flotte des gros maxi qui devaient couter quatre fois le prix du bateau qu'on avait. En plus ils n'avaient pas été vraiment sympa. Ça me fait vraiment plaisir de repasser aujourd'hui et puis d'enfoncer le clou. Et puis c'est un peu l'histoire des multicoques, Pen Duick IV c'était le premier multicoques existant, le premier trimaran digne de ce nom. Ça me fait plaisir d'avoir amené Geronimo sur la ligne de la victoire de ce record. On a toujours une histoire à terminer. Cette histoire Los Angeles - Honolulu, je voulais la terminer. Mes partenaires m'avaient dit que c'était d'accord pour qu'on aille le faire. Je suis content de l'avoir terminée, que cela se soit bien passé, que tout le monde soit content, qu'on ait bien enfoncé le clou là. "

Même si Olivier de Kersauson exprime sa joie dans cette vacation, on peut y trouver un brin de tristesse, de nostalgie et d'amertume avec peut-être l'annonce d'une fin de carrière : " On a toujours une histoire à terminer "...

 
NDLR : Le record de la Transpac a été amélioré le 19 juillet 2015, par le Français Renaud Laplanche et l'Américain Bryan Breymaier, à bord du trimaran Lending Club 2. Ils ont parcourus les 2 215 mn séparant Los Angeles d'Honolulu en 3 jours, 18 heures et 9 secondes.
 
Olivier de Kersauson
 
Tableau de marche de Geronimo
Composition de l'équipage
jour 1
330 mn
moyenne 13,75 noeuds
Olivier de Kersauson
Didier Ragot
Cam Lewis
Larry Rosenfeld
Pierre English
Jean Charles Corre
Antoine Deru
Philippe Laot
Xavier Douin
Lucas Zamecknick
Yannick Agaësse
jour 2
496,3 mn
moyenne 20,68 noeuds
jour 3
583 mn
moyenne 24,29 noeuds
jour 4
463,75 mn
moyenne 19.32 noeuds
jour 5
370,6 mn
en 19h et 31m
moyenne 19 nœuds
Distance totale parcourue
2243,65 mn
Distance orthodromique
2215 mn
Moyenne
19,17 noeuds