Olivier de Kersauson 2015
   
Les brèves de 2015
   


12/01/15
L'Austral
Vous avez aimé la croisière à bord du Soleal ? Vous adorerez celle que la Compagnie du Ponant propose du 17 septembre au 2 octobre 2015, à bord de l'Austral, de Hawaï à la Polynésie Française, en compagnie d'Olivier de Kersauson. L'Austral est un paquebot de 142 mètres de long, pouvant transporter jusqu'à 264 passagers dans 132 cabines extérieures.
Renseignements sur : Ponant.com

09/02/15
Tony Laurent
Augustin M, un lecteur que je remercie, m'a fait part du décès de Tony Laurent, en Australie, la semaine passée. Il fut l'un des quatre équipiers d'Olivier de Kersauson à bord du trimaran "Lyonnaise des eaux", lors de la tentative visant à améliorer le record du Trophée Jules Verne en 1994. Il s'est également illustré dans la catégorie Hobie 18, en établissant de très nombreux records à travers le monde.

25/02/15
Les pieds dans le plat
 
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson a participé aux émissions de Cyril Hanouna des 3, 4, 5, 6, 9, 10, 11, 18, 19, 20, 23, 24 et 25 février 2015.

10/03/15
Florence Arthaud
Réaction d'Olivier de Kersauson après la disparition de Florence Arthaud, dans un accident d'hélicoptère, en Argentine. " C'est d'une infinie violence ! Il y avait chez Florence Arthaud une espèce de personnage complètement hors normes, capable de tout. Elle avait un vrai sens de la mer et très féminine en même temps, très intelligente, très apte au monde qui la passionnait. Cela fait un choc. On a tous perdu une petite soeur, une fille qu'on aimait bien, que tout le monde admirait. Ce n'est pas une imposture Florence Arthaud, c'est un extraordinaire marin. C'est un personnage de roman ".

Ndlr : Florence Arthaud était co-fondatrice, avec Titouan Lamazou, de l'association "Tour du monde en 80 jours", à l'origine de la création du Trophée Jules Verne.

03/05/15
Cher Amiral...
Lettre ouverte à Olivier de Kersauson...

Cher Olivier de Kersauson, c’est vrai, ça fait longtemps que nous n’avons pas parlé de vous. Il faut dire aussi que votre nouvelle domiciliation en Polynésie est un peu loin de nos bases, encore qu’on trouverait sans doute facilement des journalistes volontaires pour y ouvrir une rédaction.

Pourtant, rassurez-vous, nos lecteurs ne vous ont pas oublié. Si vous suivez les réseaux du Télégramme, ce à quoi on vous encourage d’ailleurs vivement, vous aurez remarqué que vous y êtes présent chaque jour ou presque. Et sur tous les sujets. Ironie du sort pour un marin amateur qui plus est d’histoires parfois salées, c’est une eau douce qui vous y amène, et par tous les temps.

Un point météo ? « En Bretagne, il ne pleut que sur les cons. » Une visite politique (« gouverner, c’est pleuvoir », a pu remarquer le président de la République) : « En Bretagne, il ne pleut que sur… » L’annonce d’un pont de mai et de sa circulation chargée ? « En Bretagne, il pleut… » La présentation de quelque événement de plein air ? « En Bretagne, etc., etc. »
 
caricature Olivier de Kersauson
 
Vous auriez déposé la phrase à la Sacem, vous n’auriez pas eu besoin de vendre Géronimo, de servir des Indiens au Tour du Monde ou d’aller gagner des Sioux aux Grosses Têtes : elle est employée à toutes les sauces, et souvent précédée d’un « Comme dit l’Amiral… »

On ignore d’ailleurs si elle est vraiment de vous, mais on ne va pas se mouiller, on sait que vous avez l’embrun ténébreux.

Peu importe : à ce niveau de popularité, elle relève désormais du patrimoine régional, au même titre que le ciré jaune ou les parapluies de Combourg. Un peu trop, presque : c’est comme le vent d’ouest au sortir de miz du, on s’en lasse. On irait même jusqu’à proposer à nos intervenants un moratoire sur son utilisation. L’été, par exemple.

Ça tombe bien, il va faire beau.

Benjamin Brehon pour Le Télégramme

Ndlr : la citation originelle est "En Bretagne, la pluie ne mouille que les cons." Son sens est très différent.

27/05/15
En direct de Twitter
 
Olivier de Kersauson a participé à la soirée de présentation du dernier livre sur Jean Yanne, édité par le Cherche Midi.

Source : @PatrickSimonin
 
Olivier de Kersauson

30/05/15
On n'est pas couché
On n'est pas couché : Olivier de Kersauson a été invité par Laurent Ruquier dans l'émission "On n'est pas couché" diffusée par France 2. Ci-dessous l'extrait de l'émission concernant l'interview d'OdK.
 

16/06/15
Je suis un mercenaire
 
Je suis un mercenaire : extraits d'une interview d'Olivier de Kersauson, publiée par le journal Ouest France et transmise par mon ami Yannick Le Bris, que je remercie.

Olivier de Kersauson a jeté l’encre. Après avoir rencontré le succès avec ses ouvrages, dont le dernier « Le monde comme il me parle », le célèbre loup de mer a souhaité rendre hommage à Jean Yanne en préfaçant un livre hommage impertinent : « On n’arrête pas le progrès » (Éditions du Cherche Midi).
L’occasion d’aller se prendre quelques embruns avec ses réponses vivifiantes.

Pourquoi faire une suite, avec ce tome 2, du meilleur des saillies verbales de Jean Yanne ?

Ce n’est pas une suite, mais des éléments de son oeuvre. Déjà, prenez le temps de regarder son portrait en couverture. Le rire de ce mec, c’est l’image merveilleuse qu’il m’a laissée. J’aime me replonger dans ce qu’il a pensé, dit ou écrit. C’est toujours assez déconnant, mais cela reste tendre, fin, intelligent. Tout cela pour faire rire les gens. Son travail est magnifique. Dans ce tome 2, on sent toute sa puissance intellectuelle ; celle d’un auteur capable de vous emmener dans un monde souvent surréaliste ; mais sans désir de se vouloir comique.

Qu’est-ce qui vous reliait tous les deux ?
Je ne suis pas dans l’admiration de mes contemporains ; mais de Jean Yanne, si ! J’étais flatté de son contact. Quand je passais une heure avec lui, je sortais en me disant que j’avais de la chance.

 
Le lien s’est fait aux Grosses Têtes sur RTL ?
Oui, c’est là que je l’ai le mieux connu. Je l’ai rencontré aux Caraïbes aussi une fois. C’était après une course, et il était en tournage là-bas. On a passé quelques jours ensemble. Rien que déjeuner avec lui, l’écouter parler, je savais que j’allais passer un moment délicieux. Je le trouvais très impressionnant.

Les Grosses Têtes sans vous et Jean Yanne, ça se passe comment ?
Je n’en sais rien du tout (rires). Je sais juste que c’est Laurent Ruquier qui a repris le flambeau. C’est un mec que j’aime vraiment bien. De ceux que j’ai rencontrés en faisant ce métier, c’est un de ceux que j’adore.

Vous aviez quitté Bouvard, on peut vous imaginer revenir aux côtés de Ruquier ?
Je suis heureux à Europe 1, c’est une bonne boîte. Je suis heureux de bosser avec Cyril Hanouna. Je suis un vrai mercenaire, mais les gens aiment travailler avec moi car ils savent que je ne veux pas leur place.

C’est quoi un mercenaire, pour vous ?
Un mercenaire, c’est quelqu’un qui fait quelque chose pour de l’argent. Ce n’est pas honteux. Je ne suis pas gêné par rapport à l’argent. C’est la seule valeur reconnue par le monde dans lequel on vit aujourd’hui. Puisque ce n’est ni le courage ni l’intelligence, alors célébrons l’argent (rire).

Jean Yanne et Olivier de Kersauson, ce sont deux grandes gueules qui savaient se parler, non ?
Je ne suis pas une grande gueule ! Et Jean Yanne non plus. Il jouait les grandes gueules car il avait compris que dans le monde dans lequel il vivait, les mecs qui l’ouvraient avaient une position assez étonnante et exceptionnelle. C’est juste un mec qui dit ce qu’il pense dans un monde où personne ne pense et personne n’a rien à dire. Moi, je ne suis pas une grande gueule du tout. Je ne m’exprime que lorsque l’on m’interroge. Jamais vous me verrez parler le premier et avoir des idées sur quoique ce soit. Je ne fais pas la promotion de ma pensée.

Selon vous, qu’aurait dit Jean Yanne de l’année 2015 ?

C’est pas parce que les critiques de Jean Yanne étaient souvent justes et très pertinentes, que c’était un homme bâti sur la critique. Vous me faisiez l’amabilité et la flatterie de me comparer à lui, et bien nous avions un point commun que peu de gens soupçonnent : ni lui, ni moi ne nous sommes construits sur le mépris d’autrui, mais plutôt sur la joie de vivre et l’enthousiasme. C’est le point commun le plus important que nous avions. Cela paraît grande gueule tellement notre monde est devenu terne et sans intérêt.

Quelle est la dernière connerie que vous avez identifiée ?

Celle qui me revient souvent en tête, de Jean Yanne, et que j’adore. Je l’ai entendu en direct quand nous étions à RTL. Nous parlions du Bois de Boulogne, en nous moquant de Bouvard qui était censé le fréquenter, de jour et de nuit. À ce moment-là, Jean Yanne a une formule formidable : « Au bois de Boulogne, quand tu donnes un coup de pied dans un buisson, il te le rend » ! C’est tout l’esprit de Jean Yanne, c’est à-dire un sens de la dérision, de l’observation, quelque chose d’absurde mais très près du réel et enchanteur.

Quelle est votre dernière connerie ?
D’accepter de vous parler !

Qu’aimeriez-vous que les gens disent de vous, à votre disparition ?
Déjà que je me moque de ce qu’on dit de moi de mon vivant… Ce n’est pas du mépris, juste que cela ne m’intéresse pas. J’écris que dans ce monde où pas un objet ne vous donne pas l’heure, il nous manque la plus importante : celle de notre mort.

Patrick Gascoin pour Ouest France

24/06/15
Les pieds dans le plat
 
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson a participé aux émissions des 26, 27, 28, 29 mai et des 2, 3, 4, 9, 10, 11, 16, 17, 23 et, pour la dernière fois cette saison, le 24 juin 2015.
Son retour à l'antenne en septembre a été annoncé.

25/06/15
Coupe de l'America
 
Coupe de l'America : lancement officiel de " Groupama Team France ", défi français en lice pour remporter le plus vieux trophée sportif au monde.

Terre de marins par excellence, la France a remporté la plupart des compétitions sur l'ensemble des mers du globe, et pourtant, une seule manque à son palmarès : la Coupe de l'America. Groupama Team France souhaite y mettre un terme et engager les Français dans la quête du plus vieux trophée sportif au monde.

Thierry Martel, Directeur Général de Groupama : « Par cet engagement humain, sportif et technologique au plus haut niveau mondial, Groupama, dont l’histoire s’inscrit dans celle de nos territoires, veut témoigner de sa confiance dans la France qui gagne ».

Michel Desjoyeaux : « La voile est un sport technologiquement très complexe car nous sommes à l’interface entre l’air et l’eau. En France, nous avons la connaissance mais aussi la culture pour développer et naviguer sur des catamarans à foils, propulsés par une aile. Il suffit de voir le nombre d’architectes, d’ingénieurs et de marins français qui sont dans les équipes étrangères pour le comprendre. A nous, au sein de Groupama Team France, de fédérer ces talents ».

Franck Cammas : « C’est un grand jour pour notre équipe. Avec Michel et Olivier, cela fait deux ans que nous travaillons pour faire aboutir ce projet. Groupama Team France est désormais en ordre de marche afin de s’attaquer à la Coupe et à des concurrents qui sont les meilleurs du monde. Ce qui nous motive, c’est de gagner la compétition la plus difficile, de franchir des étapes, de toucher l’excellence. Et en voile, le plus haut, c’est la Coupe ».

Olivier de Kersauson : « Groupama Team France, c’est une équipe pleine de vrais talents, de vraies générosités avec une vraie énergie. Mais surtout, c’est une équipe qui a un énorme potentiel pour les années à venir. Un potentiel que l’on va développer avec Michel et Franck ».

Source : Team France
 
Groupama Team France
Michel Desjoyeaux, Thierry Martel, Franck Cammas, Olivier de Kersauson © Groupama / Yvan Zedda

25/06/15
Disparition de Laurent Bourgnon
 
Disparition de Laurent Bourgnon - Olivier de Kersauson : « La plongée dans cette zone est quelque chose de très compliqué contrairement à ce qu'on pourrait croire. Je connais bien la zone où ils étaient en train de plonger. Je pense que seul en plongé dans ces zones là, où il peut y avoir sans que ce soit identifiable immédiatement des courants et des contre-courants, ça peut être vraiment dangereux. (...) Espérons de tout cœur que le pire ne soit pas arrivé. Même si le temps tourne contre nos espoirs ».

26/06/15
Disparition de Laurent Bourgnon
 
Paris Match a publié une interview d'Olivier de Kersauson : « Tant que tu n’as pas la douloureuse confirmation, tu es contraint de vivre dans l’angoisse et dans le désir de chercher ».

19/07/15
Los Angeles - Honolulu
 
Los Angeles - Honolulu - Après 3 jours, 18 heures et 9 secondes de navigation, le Français Renaud Laplanche et l'Américain Bryan Breymaier ont battu, à bord du trimaran Lending Club 2, le record établi le 18 novembre 2005 par Olivier de Kersauson à bord du trimaran Geronimo, sur la distance Los Angeles - Honolulu, connue sous le nom de Transpac.

Le trimaran Américain a parcouru la distance de 2215 milles nautiques à la vitesse moyenne de 24.61 noeuds.

Olivier de Kersauson avait établi le record en 4 jours, 19 heures, 31 minutes et 37 secondes.


22/10/15
Les pieds dans le plat
 
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson a participé aux émissions des 7, 8, 9, 10, 11 septembre et des 7, 8, 9, 13, 20, 21 et 22 octobre 2015.

01/12/15
Accident de Franck Cammas : réaction d'Olivier de Kersauson
 
Que va-t-il se passer au sein du défi français ?
« Rien ne sera mis en sommeil. On va continuer à naviguer. Le problème est de savoir combien de temps Franck sera indisponible. Un mois, deux mois, je ne sais pas ! La chirurgie moderne est très performante. Même s'il reste la patte en l'air, avec un organisme jeune et en pleine forme, cela peut se réparer assez vite. La jambe n'est pas un instrument vital quand tu barres un bateau. Ce n'est pas un coureur à pied, ni un footballeur. »

C'est la première fois qu'un tel accident se produit sur un catamaran volant. Ces engins-là sont-ils plus dangereux ?
« Le défi Artemis a perdu un équipier. Le problème, c'est lorsque tu tombes à l'eau avec ce qu'il y a d'immergés, entre les foils et les safrans.... Un safran, c'est comme un couteau lancé à 30 noeuds, ça coupe. Les impacts sont d'une violence énorme. Dans des métiers comme les nôtres, on a toujours donné aux emmerdements la place qu'ils avaient. Dans chaque entreprise humaine, tu as une dose d'emmerdements, c'est comme ça. Eh bien, on a celui-là aujourd'hui. On va faire avec. Si tu commences à paniquer, t'es mort. Déjà, ça n'arrive pas la veille de la Coupe de l'America, ça arrive un an et demi avant. Donc, ça va ! Certes, c'est un gros emmerdement mais ce n'est pas un drame. Pas encore. »

Vous aviez prévu d'être présent au salon nautique de Paris. Qu'allez-vous faire ?
« On y sera. Mais c'est dommage que ça tombe juste avant le salon nautique. Car on avait une présentation et un certain nombre de gens à voir au Nautic. Ça aurait été utile qu'on y soit tous les trois, Franck, Michel (Desjoyeaux) et moi. On y sera à deux. »

Source : Philippe Eliès pour letelegramme.fr

04/12/15
Nautic 2015
 
Olivier de Kersauson a participé à l'inauguration du salon " Nautic 2015 " aux coté des nombreuses personnalité comme François Cuillandre, maire de Brest, le skipper Michel Desjoyeaux et Stéphane Mifsud, recordman du monde d'apnée.
 
Olivier de Kersauson

08/12/15
Les pieds dans le plat
 
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson est de retour dans l'émission animée par Cyril Hanouna à partir de 16 heures. Il a participé aux émissions des 24, 25, 26 et 27 novembre et des 1, 2, 3, 4, 7 et 8 décembre 2015.

08/12/15
Brest 2016
 
François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest Métropole, et François Arbellot, directeur des fêtes maritimes de Brest 2016, ont présenté, au Nautic de Paris, l'événement qui se tiendra du 13 au 19 juillet. Plus de 1.000 bateaux et de 9.000 marins sont, d'ores et déjà, annoncés sur les quais des trois ports de la ville. À ce jour, plus de 600 embarcations ont déjà confirmé leur participation. Parmi les annonces du jour, le nom des parrains de l'édition : Olivier de Kersauson et Sir Robin Knox-Johnson, le marin britannique entré dans la légende en 1968 après avoir été le premier homme à boucler un tour du monde à la voile en solitaire.

Source : letelegramme.fr