Olivier de Kersauson 2014
 
Les brèves de 2014 (page 2 sur 2)
   


22/08/14
Coupe de l'America : Team France, challenger officiel.
Après avoir officiellement annoncé sa volonté de participer à la 35ème America’s Cup lors du Nautic de Paris en décembre dernier, l’équipe de Team France dirigée par Franck Cammas, Michel Desjoyeaux et Olivier de Kersauson est aujourd’hui fière de faire partie des cinq challengers officiellement reconnus par le Golden Gate Yacht Club du Defender américain, Oracle Team USA.

Selon la liste officielle publiée ce jour par les organisateurs, Team France représenté par le Yacht Club de France et officiellement soutenu par la Fédération Française de Voile est donc sur les rangs pour tenter de ravir aux américains la fameuse Aiguière d’argent, trophée qui récompense depuis 1851 l’équipe qui remporte le duel entre le defender et le meilleur des challengers.

Autant dire que le défi auxquels s’attaquent, au nom de la France, trois de nos meilleurs marins est de taille puisqu’à ce jour aucune équipe tricolore n’y est parvenue malgré de nombreuses tentatives qui vont de celles du Baron Bich (1970, 74 et 77) à celles de Marc Pajot (1987, 1992 et 1994) sans oublier celles du trio Mas, Gellusseau et de Lesquen (2000 et 2003) ou encore la dernière en date, menée par Stéphane Kandler en 2007.

" Cela fait 18 mois que nous travaillons sérieusement sur ce projet avec Michel Desjoyeaux, Olivier de Kersauson et une équipe resserrée. C’est difficile mais aussi captivant. Au-delà des aspects technologiques et sportifs qui sont notre quotidien depuis des dizaines d’années, il faut susciter l’adhésion du public, des chefs d’entreprises et convaincre des partenaires. C’est passionnant car ca nous permet de rencontrer de fortes personnalités et des entreprises qui partagent notre ambition. Sans elles et sans le Club Team France qui nous réunit, nous ne serions pas challenger officiel. Merci à eux et merci à tous ceux qui nous rejoindront dans les prochains mois afin de créer les conditions pérennes pour être compétitif dans la voile en équipage et participer régulièrement à l’America’s Cup pour la gagner » déclare Franck Cammas, skipper Team France. " a déclaré Franck Cammas.

Face à Team France, quatre équipes de très haut niveau qui ont toutes une expérience récente de la Coupe ambitionnent également de défier le Defender américain : les Néo-Zélandais d’Emirates, les Italiens de Luna Rossa, les suédois d’Artémis et enfin l’équipe de Ben Ainslie qui marque le retour des britanniques sur la Coupe après de longues années d’absence.

C’est à Londres, le 9 septembre prochain, que les organisateurs de la 35ème America’s Cup présenteront les challengers et communiqueront certaines informations relatives à son déroulement.

Source : Team France

31/08/14
Les carnets d'Olivier de Kersauson : chaque dimanche après 7h20, Europe 1 propose une chronique animée par Maxime Switek et Olivier de Kersauson.

29/09/14
Sodebo Ultim : Thomas Coville a baptisé Sodebo Ultim (ex Geronimo), le 28 septembre 2014, aux Sables-d'Olonne, en présence d'Olivier de Kersauson, parrain du trimaran.
Olivier de Kersauson : « Tous mes bateaux ont eu une seconde vie. Cette histoire est une continuité des aventures qu’on a menées. Thomas a navigué avec moi. Cette plateforme, il fallait qu’elle vive. Les bateaux sont faits pour naviguer, c’est la noblesse de notre métier de continuer l’aventure au sens vrai du terme. La cohérence, c’est d’apporter quelque chose au futur avec nos moyens. C’est un bateau que j’ai commandé. Avec Thomas, nous avons un lien réel depuis le Trophée Jules Verne. Ce n’est pas de l’amitié de circonstance. Je suis très impressionné par les transformations réalisées sur le bateau. Il y a une accumulation de belles et bonnes choses. J’ai envie de dire à Thomas que je suis parfaitement heureux de ce qui a été fait et très confiant dans ce qui va être fait. Techniquement, c’est de très haut niveau ».

Source : Sodebo Voile.
 

08/10/14
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson a participé aux émissions de Cyril Hanouna les 22, 23, 24, 25, 26, 30 septembre et les 1er, 2, 3, 7 et 8 octobre 2014. Il sera de retour à l'antenne début décembre.

08/10/14
Kersauson passe la barre à Coville : L’aîné parraine le Sodebo Ultim’ - en fait son ancien Geronimo - sur lequel le cadet va s’élancer, le 2 novembre.
VSD a assisté au passage de témoin entre les deux loups de mer. Olivier de Kersauson, 70 ans, est l’ancien capitaine de Thomas Coville, 46 ans. Les deux marins ont remporté une course autour du monde. Leur relation est faite de respect mutuel.

La Trinité-sur-Mer, samedi 27 septembre, 9 heures. L’été s’attarde en Bretagne. Une douce brise caresse le petit port morbihannais. Au bout du ponton trône, grandiose, le Sodebo Ultim’. Un trimaran de 31 mètres de long pour 21 de large, couronné par un mât de 35 mètres. Il a été mis à l’eau en mai dernier. Cheveux en bataille, veste polaire, jeans et baskets, Olivier de Kersauson, parrain du navire, grimpe à bord et se dépare de son air bougon pour serrer chaleureusement la pogne du skippeur, Thomas Coville. À peine sur le pont, Kersauson râle. D’abord contre le photographe, l’un de ses amis : « Plus tard, les photos ! », puis contre le journaliste : « Tu sors d’où, toi, avec tes questions ? » Du Kersauson tout craché. Thomas Coville, 46 ans, est bien placé pour savoir que, sous sa carapace, l’homme a un coeur. Et entre eux, c’est une longue histoire. Marin, aventurier, écrivain, « Kerso », 70 ans, est l’ancien patron du skippeur mais aussi de son navire : Coville faisait partie de son équipage lorsqu’en 1997 il a remporté son premier Trophée Jules-Verne, course contre la montre autour du monde, sur Sport-Elec. Et c’est sur le trimaran Geronimo, devenu aujourd’hui le Sodebo Ultim’, qu’en 2004 il a reconquis le Jules-Verne.

Les deux loups de mer ne sauraient être plus différents : l’aîné est taciturne, râleur. Une manière pour cet apôtre de la solitude (« seul moment réel de notre vie », philosophe-t-il dans son dernier livre) de se protéger de la notoriété - il déteste que les passants l’abordent pour un selfie. Au contraire, Thomas Coville, 46 ans, sportif multicarte - il est aussi cycliste et alpiniste – est enthousiaste, volontaire et toujours de bonne humeur. Cependant, ces deux-là ont appris à s’apprivoiser : « Ce n’est pas facile de vivre avec lui, rigole Coville. Il est soupe au lait. Mais c’est un bon capitaine, qui connaît très bien son équipage. » Une anecdote : lors du Trophée Jules-Verne, le jeune Thomas refuse de balancer par-dessus bord ses déchets. Impitoyable, « Kerso » oblige son équipier à dormir, pendant les soixante et onze jours de traversée, avec ses ordures sous sa couchette. Coville l’affubla alors du doux surnom de « Fumier ». Mais le jeunot n’est pas un ingrat : « La vie, ce sont des rencontres, des choix. Ce qui t’arrive, et ce que tu en fais. Olivier est le premier capitaine qui ait pris un risque en m’accordant sa confiance, me permettant d’effectuer mon premier tour du monde. » « Je n’ai pas pris de risque en te prenant à bord, nuance l’aîné, je savais exactement ce que je faisais. »

Article intégral à lire dans la version papier du VSD n° 1937 du 9 au 15 octobre 2014.

09/11/14
Voyage à bord du Soléal : Olivier de Kersauson navigue en ce moment au large du sud de l'Argentine, à bord du paquebot " Le Soléal ", en qualité d'intervenant pour le compte de la Compagnie du Ponant.

10/12/14
Sur les traces de Magellan : Paris Match publie cette semaine un article sur les impressions d'Olivier de Kersauson, à l'occasion de la croisère qu'il a animée à bord du Soléal, paquebot de la compagnie du Ponant. Les souvenirs du tumultueux passage du cap Horn en 2004 sont remontés à la surface...

Source : Paris Match
 
Olivier de Kersauson
 
Olivier de Kersauson
Photos © Pascal Rostain

18/12/14
Salon Nautique International de Paris : les organisateurs du salon ont interviewé Olivier de Kersauson :

A quel âge avez-vous commencé la voile ?
J’ai navigué pour la première fois en 1948, j’avais 4 ans.
Ensuite je devais avoir 10-12 ans. Sur un bateau qui avait une voile et un moteur hors-bord, j’ai essayé de naviguer de Locquirec à Locquémeau. J’y suis repassé plus tard avec Géronimo.

Qui vous a donné l’envie de naviguer ?
C’est la seule distraction qui m’ait vraiment intéressé, le reste je ne m’y intéressais pas beaucoup… L’école ne m’a jamais vraiment plu et le bateau il n’y avait que cela de vraiment bon.

Quel pourrait être votre meilleur souvenir de skipper ?
Je n’en ai aucun meilleur, j’ai adoré ce monde ! Il n’y a pas un moment de cette vie qui n’a pas été pour moi passionnant, délicieux, intéressant. Même la manœuvre de port à l’entrainement a son charme ! Dès que l’on bouge, dès que l’on est à bord, cela a toujours été un moment de bonheur parfait.

A l’inverse, quel serait le pire souvenir que vous gardez ?
Je n’ai pas non plus de mauvais souvenirs. Je n’ai pas le cerveau fait pour cela, ce qui est mauvais, je l’oublie. Ma vie m’a appris a oublier les mauvais souvenirs… Personnellement, j’ai vraiment adoré ce métier.

Pouvez-vous nous donner un défaut et une qualité de votre personnalité ?
Un défaut, je vais avoir du mal à le chercher dans la liste, donc je me tairais (Rires…).
Et j'ai une qualité je suis tenace.

Que représente le Nautic pour vous ?
Au début cela ne m’intéressait pas trop. Et en fait on s’aperçoit, surtout en naviguant, à quel point l’industrie française est excessivement vivante. Et ce qui sort de France grâce aussi à la compétition, à l’intérêt des français pour la voile, et pour le bateau en général nous montre que l’on est très en avance sur le reste du monde, que l’on a un niveau monstrueux. Et le « bateau français », c’est-à-dire les gens capable de faire un bateau labélisé car il a été construit par des chantiers français reste aujourd’hui ce qui se fait de mieux dans le monde.

Qu’avez-vous de prévu en ce moment, quels sont vos futurs projets ?
En ce moment, nous travaillons très assidûment sur l’America’s Cup. C’est plus de bureau que de plein air, mais si on aboutit, cela sera très intéressant.

Quelle est votre devise si vous en avez une ?
Ne jamais rien lâcher !

Source : Salon Nautique International de Paris


18/12/14
Les pieds dans le plat : Olivier de Kersauson a participé aux émissions de Cyril Hanouna des 2, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 16, 17 et 18 décembre 2014.

Ecouter les émissions en podcast

29/12/14
Il n'y en a pas deux comme elle : Olivier de Kersauson a été invité par Marion Ruggieri ce lundi à 15h.

Ecouter l'émission en podcast