Olivier de Kersauson 2008
   
Les brèves de 2008 (page 1 sur 2)
 


17/01/08
Revoilà Kersauson ! : vendredi 18 janvier 2008, France 3 nous embarquera à bord d'Ocean Alchemist piloté par Olivier de Kersauson, pour une longue navigation dans le sillage des grands explorateurs qui ont marqué l’histoire des découvertes.
On l’imaginait reclus dans sa tanière brestoise mais il était ailleurs. Où ? En mer forcément. Là, où, dit-il, il se «sent si bien». Son grand voilier à trois pattes, Geronimo, étant immobilisé au port faute de sponsors, le marin brestois a pris le large avec l’équipe de Thalassa. Le 27 octobre dernier, avec trois autres équipiers bretons, il a donc quitté son port brestois, cap sur le Brésil. Premier voyage, premiers tournages.

Premières émotions. « Pour nous, c’est vraiment un projet passionnant. J’ai fait neuf tours du monde, passé sept fois le Cap Horn mais je n’étais jamais allé dans les canaux de Patagonie, par exemple. Quand on était en course, on n’avait pas le temps de s’arrêter. Là, on en profite ». Après l’escale brésilienne, ce fut donc la Patagonie. Changement de décor. Autres frissons. « Là, nous sommes en route vers la Polynésie. On a quitté l’île de Pâques hier ». Devant eux, 5.300 milles à bord du trimaran à moteur, seul engin capable d’effectuer une telle distance sans s’arrêter pour faire le plein de carburant. «Avec ce bateau-là, on peut aller loin, en autonomie totale».

Vespucci, Magellan Bougainville...

Un outil de travail idéal pour des équipes de télévision : Georges Pernoud, qui connaissait le bateau depuis la Route du Rhum 1998, n’a pas hésité longtemps. «Il nous fallait un bateau moderne, capable d’atteindre le plus grand nombre de rivages et de fonds possible. Ce programme est une véritable expédition maritime, dont la faisabilité du parcours a été précisément étudiée par Olivier de Kersauson».
Avec un décalage d’un mois et demi entre le tournage et la retransmission, les sujets seront diffusés sur Thalassa mais aussi sur Planète Thalassa, TV 5, etc. « C’est une opération lourde. Le coût de la production s’élève à 1,8 million d’euros. Mais c’est tellement passionnant. Nous, qui avons démarré petitement à Brest, sommes très fiers d’en être arrivés là aujourd’hui». À la tête de Bleu Iroise, société de production spécialisée dans le magazine et les documentaires sur la mer, Claude Bertrac, aujourd’hui installé à Rennes, est le producteur de cette série.
 
SEPT MOIS DE MER
Sept mois de mer, cinq mois de tournage pour six sujets de 52 minutes et vingt sujets de 13 minutes diffusés, de janvier à juin 2008. Ce soir, Thalassa entame son tour du monde au Brésil avec notamment une visite à Sao Louis, seule cité, dans ce pays, fondée par des Bretons partis de Cancale (35) en 1612, à bord de trois vaisseaux commandés par un capitaine La Touche. Les cinq étapes du tour du monde sont : le Brésil et Amerigo Vespucci ; Les canaux de la Patagonie et Magellan ; la Polynésie et Bougainville; la Micronésie / Mélanésie avec Lapérouse; l’Indonésie et James Cook.
L’émission sera composée de deux volets : les conquêtes des nouvelles terres du globe par cinq célèbres explorateurs - Vespucci, Magellan, Bougainville, Lapérouse et Cook - et des histoires contemporaines au coeur de ces contrées découvertes il y a plusieurs siècles.

«Navigations de la misère»
Narrateur hors pair, personnage à la légitimité maritime incontestable, Kersauson est parfait dans le rôle de guide. C’est avec un plaisir non dissimulé qu’il brosse le portrait des Vespucci, Magellan, Bougainville, Lapérouse et Cook : «Ces explorateurs-là ont dû être audacieux dans leur navigation. Car, à l’époque, leurs bateaux avançaient à 2 noeuds, s’aventuraient dans des pays à l’aveugle, sans cartes maritimes: c’était très dangereux. Oui, ces hommes se sont sacrifiés. On peut dire qu’il s’agissait parfois de navigations de la misère, de la souffrance».

Les carnets de Loïc

Impressionné par ce qu’il appelle des «exploits maritimes extraordinaires», le marin brestois a le sentiment de retrouver, en ce début de XXIe siècle, l’esprit de curiosité et d’aventure qui habitait ces navigateurs tout au long de leurs périlleux voyages. «On se rend compte que c’était magnifique d’invention, d’intelligence, de savoir, d’intuition et de courage aussi ».
À son bord, le journaliste briochin Loïc Étévenard, qui qualifie Kersauson «d’ombrageux capitaine », s’en donne également à coeur joie dans ses carnets de voyage.
Embarquement immédiat...
 
 
18/01/08
Vidéo de Thalassa : visionnez les premières minutes de l'émission.


 
20/01/08
Olivier de Kersauson : « Je salue le magnifique record (de Francis Joyon) sur un parcours initialisé par Alain Colas, Philippe Monnet et moi. La révélation des avancées technologiques, standard C, télephone, relation quasi instantanée avec le routeur, tout cela est bien loin des aléatoires liaisons avec St Lys radio et du sextant et des cartes en papier mais dans la performance de Francis Joyon, il n’ y a pas que le reflet de l'avancée technologique, il y a le magnifique exploit contemporain d’un marin d’exception. Les multicoques ont énormément évolué. Ils sont d’un niveau de performance incroyable. « Idec » et « Sodeb’O » sont des engins extrêmement adaptés à ce programme. Oui, il y avait des jours où ça m’énervait de voir Joyon aller aussi vite (rires). Il a du talent ce mec. Son tour est magnifique »
 
30/01/08
Franck Cammas signe avec Groupama 3 le nouveau temps de référence sur la distance Brest - Equateur (2993 mn) en 6 jours 6 heures 24 minutes et 43 secondes. Il améliore de 5h 1' et 38" le temps réalisé par Olivier de Kersauson le 17 janvier 2003 avec Geronimo (6 jours, 11 heures, 26 minutes et 21 secondes).

Steve Ravussin était en grande forme à l'occasion du passage de l'Equateur. Il a adressé un message très classe à Olivier de Kersauson. Solidarité des gens de mer ?
Ci-dessous la vidéo (31 secondes).
 
 
12/02/08
Brest Ultime Challenge 2011 - Olivier de Kersauson : « Ça plaît au grand public, et je suis certain que ça va croître encore. Cette course est dans la logique des choses. Après les records, il est normal d’avoir une course aujourd’hui. Qui plus est une course qui part de Brest, là où tout a commencé. J'ai 63 ans, donc physiquement, ça devient dur. Le multicoque en solo, c'est un sport violent. Par contre si on me proposait un poste de Directeur de course, oui, ça pourrait m'intéresser. »
 
18/02/08
Trophée Jules Verne : Groupama 3 chavire au large de la côte Est de la Nouvelle Zélande
-> page spéciale
 
12/02/08
Réaction d'Olivier de Kersauson après le chavirage de Groupama 3 : « Après une première moitié de Tour du Monde très rapide que nous suivions avec passion, on regrette de voir s'arrêter cette démonstration, sans doute due à des conditions de mer particulièrement difficiles dans cette zone à cette époque. Ils sont tous sains et saufs et c'est l'essentiel : D'abord ramener les hommes, puis le bateau et si possible le record... On espère les revoir vite sur le magnifique parcours du Trophée Jules Verne, dont la violence et la beauté font toute la valeur. »
 
07/03/08
Une belle vidéo pour la route : dernier volet du voyage en Patagonie d'Olivier de Kersauson à bord d'Ocean Alchemist, sur les traces de Magellan. On y retrouve Olivier qui flirte malgré lui avec le glacier Pie XI, large de 4 kms et présentant des falaises bleutées hautes de 50 mètres. Ce reportage est superbe. Durée de la vidéo : 5' 16".
 
 
11/03/08
Hors sujet : tempête en Bretagne.
Photo de mon ami Yannick Le Bris
 
 
10/04/08
Record du Pacifique Nord d'est en ouest : Lionel Lemonchois a battu à bord du catamaran Gitana 13, le record en équipage sur la distance San-Francisco - Yokohama en 11 jours, 12 minutes et 55 secondes, soit une moyenne de 16.96 noeuds sur la distance théorique de 4482 milles nautiques. Le catamaran a en réalité parcouru 5616 milles nautiques sur le fond, à la moyenne de 21.26 noeuds. Ce record était détenu par Olivier de Kersauson depuis le 27 avril 2006 en 14 jours 22 heures 40 minutes et 41 secondes, à bord de Geronimo. Gitana 13 est de ces bateaux au passé exceptionnel puisqu'il a été barré en 2001 par Loïc Peyron sous le nom d'Innovation Explorer (2ème de The Race), puis en 2002 par Bruno Peyron sous le nom d'Orange (record du Trophée Jules Verne) et enfin en 2003 par Dame Ellen MacArthur sous le nom de Kingfisher II (abandon dans une tentative de record du Trophée Jules Verne).
 

photo David Lombard
 
07/05/08
Hommage à Tabarly : Dix ans après la mort d'Eric Tabarly, une cinquantaine de ses anciens équipiers, dont Philippe Poupon et Marc Pajot, se retrouveront le 17 mai à Lorient pour saluer la mémoire de ce "marin d'exception", à qui une exposition rend hommage. Ces marins, parmi lesquels Titouan Lamazou, Jean Le Cam, Roland Jourdain, Yves Parlier ou Patrick Tabarly, monteront à bord de cinq Pen Duick, les voiliers du skippeur disparu, pour accoster devant la Cité de la Voile qui sera inaugurée le même jour, selon les organisateurs. Qualifié de "marin du siècle" par Olivier de Kersauson, l'un de ses équipiers dont la présence est espérée à Lorient, Eric Tabarly a été le premier Français à remporter une course transatlantique en solitaire en 1964 avant de rentrer dans la légende avec son exploit dans la Transat 1976 à bord de Pen Duick VI. (source : tsr.ch)

ndlr : Ocean Alchemist est en cours de convoyage en direction de Brest. Si Olivier de Kersauson fait partie du voyage, il lui sera probablement difficile d'être présent à Lorient le 17 mai.
 
Pen Duick
Pen Duick - photo : Yannick Le Bris
 
17/05/08
Cité de la voile : 53 équipiers sur les 60 qui ont accompagné Eric Tabrly durant sa carrière à bord des Pen Duick, ont participé à l'inauguration de la cité de la voile - Eric Tabarly de Lorient.
Olivier de Kersauson à téléphoné à Jacqueline Tabarly, depuis Ocean Alchemist, positionné entre la Polynésie et Panama, en route vers l'Europe.
 
10/06/08
Départ du tour de France à Brest : Olivier de Kersauson sera invité par Michel Drucker, en compagnie de Marie Tabarly, le vendredi 4 juillet 2008 à 20 h 50 sur France 2. À cette occasion, un hommage sera rendu à Eric Tabarly.
 
16/06/08
Pas de Jules Verne pour Groupama 3 en fin d'année 2008 !

La décision a été annoncée par Frédéric Granado : " Groupama 3 doit être réparé dans les règles de l'art afin d'être en mesure de poursuivre sa campagne de records dans les meilleures conditions. Prendre des risques en travaillant vite n'aurait aucun sens car, au-delà de la performance, c'est de la sécurité de notre équipage qu'il s'agit. Reporter d'un an la tentative de conquête du Trophée Jules Verne est la meilleure décision à prendre aujourd'hui. "

Franck Cammas a déclaré de son coté : " Les maxi trimarans comme Groupama 3 sont de plus en plus rapides. Dans les mers fortes et croisées comme celles que l'on affronte dans l'océan Indien, les chocs sont d'une rare violence. Vivre à bord devient parfois presque impossible. Forts de cette expérience, nous avons décidé de changer les deux flotteurs en remplaçant le sandwich nid d'abeille-carbone par du monolithique carbone. Groupama 3 va être un peu plus lourd tout en restant performant. Avec Groupama 3, nous avons déjà battu quatre records. Le Trophée Jules Verne se fait désirer mais nous ne baissons pas les bras. Grâce à Groupama, nous allons non seulement réparer le trimaran mais aussi l'améliorer. Toute l'équipe y travaille et il le mérite bien car c'est un fabuleux bateau. Et nous attendons déjà l'hiver 2009-2010 avec impatience. "

Pour Stéphane Guilbaud, team manager, les causes de l'accident ne sont pas determinées : " Fatigue des matériaux ou choc avec un objet flottant peuvent être à l'origine de l'avarie. Ce dont nous sommes certains, c'est que la construction n'est pas en cause. Changer les deux flotteurs rallonge de près de deux mois la durée des travaux. Au lieu d'être remis à l'eau début novembre, Groupama 3 ne pourra quitter le chantier Multiplast avant le mois de janvier. Autant dire qu'il sera alors trop tard pour tenter de conquérir une nouvelle fois en 2009 le Trophée Jules Verne. "

Voir la page spéciale consacrée à la tentative réalisée par Franck Cammas début 2008
 
19/06/08
Ocean Alchemist : le trimaran à moteur d'Olivier de Kersauson a regagné son port d'attache à Moulin Blanc, dans la rade de Brest, à l'issue d'un long convoyage depuis la Polynésie Française. Parti pendant sept mois, Ocean Alchemist a participé aux tournages d'émissions pour le compte de Thalassa, en Atlantique nord, en Atlantique sud et dans le Pacifique. Pas de repos en perspective pour Olivier de Kersauson qui sera le parrain de Brest 2008.
 
Ocean Alchemist
 
Ocean Alchemist
 
03/07/08
Départ du tour de France à Brest : à quelques heures du départ du tour de France, Michel Drucker évoque sa complicité avec Olivier de Kersauson : " Je suis malade en bateau mais lors d’un « Vivement Dimanche », dont je garde un très bon souvenir, avec Olivier de Kersauson, il m’avait convaincu de faire un tour sur son Géronimo. À bord, skippait une toute jeune fille ravissante, Marie Tabarly. Je n’ai pas été malade et c’était génial, j’ai même tenu la barre de cette Formule 1. En revanche, je n’ai pas mis Olivier au vélo : il faudrait d’abord qu’il arrête de fumer et qu’il change de breuvage (rires) ! "
 
04/07/08
Olivier de Kersauson
Olivier de Kersauson a participé à l'émission diffusée par France 2 depuis Brest et animée par Michel Drucker. Il a évoqué ses rapports avec les Brestois, sa carrière maritime, et a rendu un vibrant hommage aux sous-mariniers et à Eric Tabarly. Il a en outre annoncé qu'il "pensait" (???) que le trimaran Geronimo serait réarmé en septembre ou octobre 2008.

Ci dessous la vidéo des meilleurs moments de l'émission (durée 9' 50").
 
 
04/07/08
Olivier de Kersauson
Photos de Franck Betermin dans les coulisses du spectacle organisé par France 2 à Oceanopolis : Olivier de Kersauson serrant la main de Bernard Hinault et embrassant Line Renaud.

http://www.betermin.com/
 
Olivier de Kersauson & Bernard Hinault

Olivier de Kersauson et Line Renaud
photos : Franck Betermin
 
10/07/08
Olivier de Kersauson
Olivier de kersauson sera l'invité de Jacques Pradel vendredi 11 juillet à partir de 9h30 sur Europe 1.
Ci-dessous une photo d'OdK, parrain de Brest 2008, à quelques heures de l'ouverture de la manifestation.

photos : Yannick Le Bris
 
Olivier de Kersauson & Bernard Hinault
photos : Yannick Le Bris
 
11/07/08
Jacques Pradel
Brest 2008 : Olivier de Kersauson et François Cuillandre, le maire de Brest, ont été interviewés par Jacques Pradel, peu avant l'ouverture de la fête nautique Brest 2008.

 
(4' 50")  

C'est à bord du 3 mâts Roumain, "Le Mircea" qu'ils ont inauguré le rassemblement mondial de près de 2000 embarcations. Patrick Poivre d'Arvor, second parrain de la manifestation a rallié Brest en fin d'après midi.
 
Olivier de Kersauson et Francois Cuillandre
 
Olivier de Kersauson et Francois Cuillandre
photos © Yvan Breton pour Rivacom
 
Olivier de Kersauson

Olivier de Kersauson
photos : Yannick Le Bris
 
13/07/08
Olivier de Kersauson
Séquence émotion : Olivier de Kersauson a rencontré "Reder Mor", le fantôme de ses rêves d'enfant...
(source : Le Télégramme)

 
(2' 33 ")  
 
16/07/08
Brest 2008 - séquence émotion avec la réunion des cinq Pen Duicks, à couple sur un ponton du port. Photo de mon ami Yannick Le Bris, qui devrait bien recevoir, un jour, le prix Nobel de la Mer !

A deux pas de là, Thomas Coville savourait son bonheur d'avoir battu le record de la traversée de l'Atlantique nord (New-York - cap Lizard) avec le trimaran Sodeb'o, en 5 jours 19 heures 29 minutes et 20 secondes, soit 2 925 milles nautiques (5 417 km) à la moyenne de 20,89 nœuds.
Olivier de Kersauson lui a rendu hommage : « Les marins choisissent plutôt le mois de juin car la mer est plate. Ils peuvent alors faire de la bonne glisse. Il y a aussi plus de lumière, on navigue moins de nuit. C’est donc moins fatigant. Un stand-by d’un mois et demi à attendre la fenêtre météo, ça vous ronge les nerfs. En plus, ça n’a aucun intérêt. Il faut rester calme et déterminé, avec le risque qu’un anticyclone arrive sur la Bretagne. On sait alors qu’on a investi pour rien. Au fond, je trouve normal que ce soit la nature qui commande un tel départ ».
 
Pen Duick
photo : Yannick Le Bris
 
17/07/08
Olivier de Kersauson
Brest "capitale du monde" : Olivier de Kersauson rend hommage à Thomas Coville, son ancien équipier et dresse un bilan de Brest 2008 : " Thomas Coville sort d'une période injuste où on travaille énormément, on se donne un mal fou et on n'arrive pas à percuter. A Brest 2008, on voit arriver le dernier héritier de cette histoire du monde maritime qui vient de faire le dernier record de cette histoire avec le record de l'Atlantique. C'est le petit dernier qui arrive en retard à cette réunion de famille parce qu'il était encore en train de travailler. Et quel joli travail ! Il n'y a pas d'imposture, on est dans quelque chose de tout à fait harmonieux et magnifique. On est dans un symbole fort et ce n'est pas un hasard. L'homme est un renard, il a du talent, ça ma fait plaisir. " ... " Quand les hommes sont de bonne volonté, les miracles sont possibles. Espérons que l'on continuera à faire des miracles à Brest. " (source : Le Télégramme)

   
(6' 28")  
 
Brest 2008
photos © Marcel Mochet /AFP - Free for Press/Not for Sale