Trimaran Geronimo

Actualités
Biographie
Portrait
à la mer
Portrait
à la ville
Carnet de
navigation
Trimaran
Geronimo
Archives
Album photos
Vidéos

Profil et fiche
technique
du trimaran
Geronimo


On ne construit pas un tel bateau pour rentrer dans le livre des records,
un peu comme on confectionnerait la plus grosse tartiflette du monde





C'est finalement le nom du célèbre chef indien Apache que porte le trimaran géant d'Olivier de Kersauson car "Il ne s'est jamais rendu, il ne reculait jamais devant rien, il avançait en silence, avec une véritable connaissance de son monde, pas comme ces écologistes de merde d'aujourd'hui".

Géronimo, le plus grand trimaran du monde (34 mètres de long et 22 mètres de large) a été baptisé samedi 29 septembre 2001 à BREST par Marie Tabarly, la fille du navigateur Eric Tabarly, déjà marraine de Sport Elec et d'Alchimist.
 
Trimaran Geronimo
 
Concernant le nom du bateau, Olivier a expliqué que "C'est un cas unique. Mes partenaires Schneider Electric et Cap Gemini-Ernst et Young n'ont pas voulu que le bateau porte le nom de l'un ou de l'autre ou des deux. Ils ont estimé qu'il s'agissait plus d'un concept. Nous avons trouvé ensemble un nom exemplaire synonyme de combat, de nature et de volonté."

L'objectif consiste à battre les 27 records répertoriés : un programme de quatre ans au cours desquels il s'attaquera aux plus grands records à la voile.

Il commencera au début 2002 par celui qui lui tient le plus à coeur : le Trophée Jules-Verne, record autour du monde.
 
Trimaran Geronimo
 
A la question : "Pourquoi je retourne sur le Jules Verne, maritimement parlant, je ne connais pas un parcours aussi extraordinaire, physique et technique, où on passe dans 17 systèmes météo différents. Tout cela me passionne. De plus, avec Géronimo, qui est un bateau plus grand et plus performant que mon ancien trimaran, nous devrions parvenir à placer la barre encore plus haut (60 jours ...) D'autres devraient le tenter en même temps que nous à bord des bateaux de The Race", explique Olivier de Kersauson.

Le navigateur breton a également prévu de tenter de nombreux autres records comme notamment le record de l'Atlantique dans les deux sens. Cadix - San Salvador" et "New York - Cap Lizard, ont été classés prioritaires et seront défendus en cas d'attaque de la concurrence. Le record entre New-York et San Franciso, le Tour d'Australie, la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres, le Tour des Iles Britanniques ou la Route de la Découverte.

Afin de mener à bien ce grand projet Olivier de Kersauson s'est entouré des meilleurs spécialistes :

Géronimo a été construit au Chantier Multiplast de Gilles Ollier, à Vannes, où ont été construits les catamarans de The Race, course autour du monde en équipage sans escale et sans limites.

"J'ai choisi de travailler avec Marc Van Peteghem et Vincent Lauriot-Prévost parce qu'ils avaient déjà dessiné mon premier trimaran et qu'ils représentent le bureau d'étude le plus compétent en matière de multicoque", commente Olivier de Kersauson.

"Associé au bureau de calculs d'Hervé Devaux à Brest et au Chantier Multiplast, cela formait une équipe unique et cohérente."
 
Trimaran Geronimo
 
Le navigateur breton a commencé à imaginer ce bateau, il y a plusieurs années. Son nouveau trimaran est le fruit de longues réflexions basées sur les leçons tirées lors de ses précédents tours du monde; il en a retiré la quintessence : "En deux tours du monde, nous avons fait divers enregistrements toutes les dix minutes, cela constitue une immense banque de données. Peu de gens au monde peuvent en dire autant".

"Ce bateau correspond à tout notre savoir. Il n'y a pas une pièce, pas une vis, pas un gréement qui n'ait pas donné lieu à une longue réflexion", insiste le skipper.

"La découverte d'un nouveau bateau est toujours difficile nerveusement. On espère que tout ce que l'on vient d'assembler va tenir, que personne n'ait rien oublié, car de nombreuses personnes sont impliquées dans la conception et la construction d'un bateau."

Le coût de construction de Géronimo est de 4,5 millions d'Euro alors que le budget global de l'opération est de 10 millions d'Euro. A ceux qui trouvent ces sommes importantes, Olivier de Kersauson répond : "C'est raisonnable comme budget, c'est le prix d'un mauvais film moyen qui fait trois entrées ou le prix d'une campagne de pub où on vous retrouve coincé entre canard wc et autre chose"

Il a choisi ses gars en les reniflant, car les cabots pissent sur des murs qui sentent le poisson: «Il faut se sentir, un peu comme les chiens.» Il affirme que de la sorte «on évite la tête de Turc»

"Nous avons eu les moyens de nos rêves techniques. Je ne peux, à l'heure actuelle, imaginer un meilleur bateau. Je vis une période de ma vie magnifique !", avoue Olivier de Kersauson.

NDLR : le trimaran Geronimo a été vendu au Groupe Sodebo au début de l'année 2013, après être resté au sec sur un quai de Brest pendant plus de 6 ans.
 
Trimaran Geronimo